GOB Loge : Liberté Chérie - Camp de concentration d’Esterwegen en Allemagne 06/2010

De  l’Ill\ et  R\L\ LIBERTE CHERIE

La  Vérité  a  ses  droits

« Ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle
et de ne comprendre rien de plus dans mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit, que je n'eusse aucune occasion de le mettre en doute. »

L'Illustre et Respectable Loge Liberté Chérie aurait été créée le 15 novembre 1943 à la baraque 6 du camp de concentration d'Esterwegen par les 7 Francs-Maçons: Paul Hanson, Franz Rochat, Jean Sugg, Luc Somerhausen, Amédée Miclotte, Jean-Baptiste De Schryver et Henri Story grâce à la protection organisée par la communauté des prêtres parmi lesquels l'Abbé Froidure aurait joué un rôle important. Le nom de Liberté Chérie aurait été choisi au 6e. couplet de La Marseillaise.

Dans la seconde quinzaine de mai 1943, les Francs-Maçons Paul Hanson, Franz Rochat et Jean Sugg arrivent à Esterwegen dans les deux premiers convois.

Un 4e F
\M\ Guy Hannecart arrive en même temps qu'eux.

En octobre 1943, Luc Somerhausen arrive à son tour. En même temps que le docteur Joseph Degueldre F.-M. depuis 1933. 


Le 15 novembre 1943, il n'y a que 4 des sept fondateurs cités par Somerhausen, à la bar.6 ainsi que 2 autres Frères qui ne sont pas renseignés comme fondateurs par Somerhausen: Guy Hannecart et Joseph Degueldre.  


Le 16 Novembre 1943 nous arrivons à 12 membres du Rassemblement National de la Jeunesse à la bar.6.
Six d'entre nous s'installent à la même table que les Francs Maçons.}}

Le 22 novembre 1943 Amédée Miclotte arrive à son tour. A cette date il y a donc 5 des sept fondateurs cités par Somerhausen auxquels s'ajoutent le 6e. Guy Hannecart et le 7e Joseph Degueldre qui permet la création de la Loge juste et parfaite dans la seconde quinzaine de novembre 1943.

Le 7 février 1944 Jean-Baptiste De Schrijver arrive à la bar 6. Il y a alors à la bar.6, six des 7 fondateurs cités par Somerhausen: Hanson, Rochat, Sugg, Somerhausen, Miclotte, De Schrijver, et Hannecart, Degueldre.  

Le 12 février 1944 Joseph Degueldre part à Börgermore. Il ne sont plus que 6 + 1 HANNECART
Peu avant le départ de Luc Somerhausen (22 février 1944)  le profane Fernand Erauw est initié.


Le 22 février 1944, Luc Somerhausen est transféré vers d'autres camps. Ils ne sont plus que 5 + 1 + Erauw.

Le 13 mars 1944, Joseph Degueldre quitte Börgemore et revient à la bar.6. Ils sont
5 + 2+ Erauw.                      

Le 15 mars 1944, J-B. De Schryver quitte Esterwegenet ils ne sont plus que
4+2+Erauw.                                          

Le 18 mars 1944
Henri STORY arrive à Esterwegen, ils sont à nouveau 5+2+ Erauw.

A partir de la seconde quinzaine de mars
tous les membres de la Loge Liberté Chérie sans transférés séparément dans d'autres camps.
Si les sept Francs-Maçons cités par Somerhausen sont bien passés tous à la baraque 6, ils n'y ont jamais été tous ensemble (en même temps) et la Loge Liberté Chérie n'a pu être créée que grâce à la présence à la baraque 6 de Guy Hannecart (de mai 1943 à mai 1944) et de Joseph Degueldre (d'octobre 1943 à février 1944 et de mars à avril 1944)

L'Ill\ et R\ Loge Liberté Chérie a donc été créée dans la seconde quinzaine de novembre 1943 par les 7 FF\ (fondateurs) Paul HANSON, Franz ROCHAT, Jean SUGG, Amédée MICLOTTE, Luc SOMERHAUSEN,  Guy HANNECART et Joseph DEGUELDRE. Ils y ont admis les FF\ J.B. DE SCHRIJVER et Henri STORY et initié le prof\ Fernand ERAUW.                                                                                                                                                                                                                                                                                       

N.B.: Toutes les dates citées ont été confirmées dans les dossiers individuels des prisonniers politiques et dans les registres d'arrivées et de sorties du camp d'Esterwegen consultés au Service des Archives du Ministère de la Santé Publique. Nous sommes  4 anciens  prisonniers (3 en vie) à la bar.6 du 16/11/43 au 15/4/44 à témoigner que Guy Hannecart et Joseph Degueldre y étaient bien avec nous pendant cette période. Joseph Berman est décédéen 1996. Marius Cauvain (Boussu), Marcel Cauvain (St.Ghislain) et Franz Bridoux (Rixensart) sont toujours en vie en juin 2010.                                          
                                                                                                                                                                                                                          
La protection de la communauté des prêtres dont l'Abbé Froidure !?!?!?
Lors de leur arrivée à Esterwegen les prisonniers sont accueillis à coups de crosses et de matraques par les sinistres gardiens nazis et par leurs chiens dressés à saisir les mollets qui sont à portée. Dès lors dans toutes les baraques les prisonniers vont organiser un service de garde permanente afin d'être avertis de toute arrivée de gardien de manière à se tenir hors de portée de leurs terribles matraques. Ce sont les prisonniers des deux premières tables (1 et 10) à l'entrée des baraques qui surveillent l'arrivée des gardiens.

Arrivé à Esterwegen  le 28 aout 1943, l'Abbé Froidure a été affecté à la bar.9 le Revier Nord où il accompagnait les mourants dans leurs derniers moments. Dans son livre ''Le calvaire des malades à Esterwegen'' il parle donc des non-croyants de la bar.9. et non des francs maçons de la bar.6 qu'il n'a  jamais connus et ignorait l'existence de la Loge Liberté Chérie.


La ''Communauté des prêtres'' de la bar.6 ne comptait que deux membres: le Père Agnello qui était aveugle et l'abbé Heymans qui l'accompagnait et le guidait dans tous ses déplacements. C'est pendant qu'ils disaient la messe au fond du dortoir que les francs maçons se réunissaient en loge dans le ''séjour réfectoire''. Ni les uns ni les autres n'étaient donc en mesure d'assurer une quelconque surveillance pour protéger ou ''couvrir'' qui que ce soit. C'étaient les non-croyants et non maçons des tables 1 et 1O qui assuraient la surveillance pour tous.


La Marseillaise  -  Le Chant des Marais


Les premiers et seuls prisonniers politiques Français de la baraque 6 sont arrivés le 7 décembre 1943. Ils étaient sept Francs Tireurs Partisans du Nord-Pas de Calais. Ils chantaient L'Internationale mais nous n'avons jamais entendu interpréter La Marseillaise. On n'y découvre les mots liberté chérie qu'au 6e. et dernier couplet. Il est invraisemblable d'imaginer que qui que ce soit parmi les Belges ait connu le chant en entier alors que bien peu sont capables d'aller au-delà du 2ième. couplet de leur propre hymne national. Les membres de la Loge Liberté Chérie n'ont jamais dit d'où ils s'étaient inspirés pour choisir le nom de la Loge, mais ils chantaient avec nous Le Chant des Marais notamment le 4ième.couplet :  


Mais un jour dans notre vie
Le Printemps refleurira
Liberté, Liberté chérie
Je dirai tu es à moi.

Voir aussi YOUTUBE  MrFRANZ1124
Deux diaporamas de Franz Bridoux.    
Franz BRIDOUX - franzbridoux@skynet.be - Juin 2010.

H003-7 L'EDIFICE  -  contact@ledifice.net \