DH Loge : NC 01/2008


La Main, le suprême outil
         
Lors de la Cérémonie que vous venez de vivre, qui marque votre passage du grade d’Apprenti  à celui de  Compagnon, c’est les mains nues que vous avez effectué votre 5éme Voyage  vers la « Glorification du Travail ». Elle est alors considéré comme Outil au Service de la Pensée.
 Les scientifiques s’accordent  pour penser que la Main est l’une des caractéristiques principales ayant permis au genre humain de s’extraire du règne animal : un être capable de mettre ses actions en accord avec son intelligence et tourné vers le progrès. D’autres espèces animales sont pourvues de cet organe, mais il est au service d’un cerveau capable d’user des ses facultés de préhension et du Toucher.

Après une brève définition, nous examinerons la portée de ses représentations au niveau symbolique, d’abord religieux, social ensuite, et, enfin, maçonnique.

1°) DEFINITION
            
Biologiquement, La  MAIN est composée de multiples vaisseaux, nerds et cartilages, de 29 os, 40 muscles et de très nombreuses articulations. C’est à la fois l’ »un des plus complexes et l’un des plus indispensables organes du corps qu’il partage avec

Ce sont  les 5 doigts qui l’équipent –dont le pouce opposables aux autres – qui lui donne ses facultés de préhension, qui ajoutées un  sens du Toucher développé en font un outil efficient.

Ces caractéristiques en font un instrument privilégié au service de l’action tant physique qu’intellectuelle.

D’ailleurs, le dictionnaire, s’il donne la définition physique de la main, elle est presque anecdotique par rapport à toutes les expressions et idées  qui y ont trait :

            Celles-ci évoquent tout à la fois,
  • Une activité, un travail, une action, : mettre la main, manipuler….
  • La Notion de puissance ou de domination : main de justice (qualité royale), faire main basse, prendre en main, mettre la main sur, ne pas y aller de main-morte . D’ailleurs IAD en Hébreu signifie à la fois MAIN et PUISSANCE ?
  • Un moyen de communication formel : Langage des signes, base, notamment, de l’Ecriture Glyphique des civilisations  précolombiennes, Ecritures des aveugles (via le toucher)
  • Une Notion d’Entre-aide et d’amour : prendre par la main, tendre la main à qqu’un qui met en jeu de plus la capacité de Toucher et d’émouvoir de la main.
2°) SYMBOLE RELIGIEUX & SOCIAL

Ce symbole s’est imposé auprès des Religions et Philosophies  sur tous les  Continents

La main a été un élément fondamental du développement du genre Humain et de la maîtrise d’abord de notre milieu, puis de notre sensibilité – via la pratique de l’art statuaire er graphique – et , enfin, de notre intelligence.
Depuis que l’Humain est conscient de son existence, il connaît l’importance de ses mains, outils de survie et de communication.

Nous ne pouvons rien dire de précis sur les empreintes de main retrouvées dans les grottes des tous premiers HOMO SAPIENS, mais nous pouvons en avoir une idée en examinant  le symbolisme de la main dans l’Amérique Précolombienne.

Son symbolisme était alors multiple et contradictoire – signe de son extrême importance - :

-         Créatrice, car tout a été créé de la main des Dieux La plupart des Dieux de ce Continent font référence étroite à la Main. Elle évoque le DIEU du MAIS, base de l’alimentation & de la Vie.
-         Destructrice, car c’est elle qui donne la mort. On la rencontre, en effet, associée à des têtes de mort. En Yucatec, le couteau sacrificiel est appelé Main de Dieu. Quant au Jade, symbole du Sang, il est représenté par une mai  dans les Glyphes Mayas.
-         Les phases de la Lune sont indiquées dans la même écriture par différentes positions de la main.
-         Notons, enfin qu’une main ouverte représente le CINQ, nombre sacré et symbole de vie et de perfection dans le monde précolombien.

En Asie, tant hindouiste que bouddhiste la main a également une signification  incontournable dans toutes les civilisations :

Dans la statuaire et l’iconographie des deux religions principales, la main a une grande importance symbolique : les « mudra », positions des mains et des doigts sont essentiels et signifiants. Le terme de « mudra » ne désigne pas seulement les gestes, mais également l’attitude spirituelle qu’ils impliquent.

Cela imprègne toute la vie sociale et culturelle  en Asie, tous les arts religieux ou profane (danse, sculpture, et peinture) y font référence. Aujourd’hui, même la version extrême-orientale des danses modernes n’y échappe pas.

En Occident

Depuis l’Antiquité la plus reculée, les traditions assignent des valeurs à la Main complémentaires et indissociables :
-         La main Droite représente de BIEN  et la main Gauche  le MAL .
En latin gauche se dit  SINISTRA
-         La main  Droite DONNE et la main Gauche RECOIT
-         La main Droite est symbole d’autorité spirituelle et la main gauche d’Autorité Temporelle
Le Mode Celtique  signait du même mot la main et le Bras :

-         La Main a une valeur magique : un bon roi se doit d’avoir deux bras pour équilibrer son jugement  - le bras droit est doté d’énergie positive et le bras gauche est potentiellement dangereux
-         Les deux mains dressées  paumes en avant sont geste de supplication, tandis que levées vers le ciel, elles valant invocation.

Dans la Tradition Biblique et Chrétienne, la main  est également omniprésente

-         Elle est symbole de Puissance et Suprématie. La MAIN DE DIEU évoque sa toute puissance.
-         La Main droite bénit, crée et protège tandis que la main gauche est celle des malédictions, celle qui détruit qui s’oppose à lui.
-         La MAIN est comme l’œil : elle voit…
-         Dans la tradition hébraïque YADA qui signifie connaissance  est construit sur la racine YAD (main)
-         Comme dans le monde celtique elles sont tendues ou levées par les fidèles

Dans le Monde Islamique , René Guenon, dans son ouvrage  « Chirographie », nous rapporte :

« Quant au nom Allah lui-même, il est formé par les doigts, de la façon suivante : l’auriculaire correspond à l’alif, l’annulaire au premier lam, le médius et l’index au second lam, qui est double, et le pouce au he (qui, régulièrement, doit être tracé sous sa forme « ouverte ») ; et c’est là la raison principale de l’usage de la main comme symbole, si répandu dans tous les pays islamiques (une raison secondaire se référant au nombre 5, d’où le nom de khoms donné parfois à cette main symbolique). On peut comprendre par là la signification de cette parole du Sifr Seyidna Ayûb (Livre de Job, XXXVII, 7) : « Il a mis un sceau (khâtim) dans la main de tout homme, afin que tous puissent connaître Son œuvre » ; et nous ajouterons que ceci n’est pas sans rapport avec le rôle essentiel de la main dans les rites de bénédiction et de consécration. »
           
Cette omniprésence du symbole de la Main n’a pas été sans influencer, en Occident chrétien notamment, l’art liturgique, puis toute la société depuis le haut moyen-âge.

Nous touchons là la dimension culturelle de la Main : il s’agissait d’instruire des populations en grande partie analphabètes aux mystères des dogmes et ce en tous temps et en tous lieux. Les lieux de culte, montrent sur leurs peintures, sculptures et vitraux une gestuelle – notamment des mains – très signifiante, normalisée par l’Eglise et expliquée par le Clergé.

La SOCIETE CIVILE  a, bien sûr, intégré toutes ces notions. La main y a bien plus de signification qu’un simple usage fonctionnel :

-         Symbole de Puissance et de Domination : la main de justice est la représentation du pouvoir royal,
-         Symbole de Don ou de Transfert de propriété : Demander la Main … Mettre la main sur
-         Symbole d’action bienfaisante ou malfaisante : tendre la main vers, porter la main sur, en venir aux mains…
-         Sans parler évidement de l’action de serrer la main pour saluer son vis-a vis, manière de toucher l’esprit autant que la main en signe de salut et de paix.

En somme, la MAIN est la représentation symbolique de la personne qui la possède : rendant compte de son autorité, de son rôle social et de ses rapports avec les autres.

3) SYMBOLE MACONNIQUE

Nu, l’homme n’a à sa disposition que ses mains pour agir. Pour accroitre son efficacité, il a imaginé les outils (utils en vieux français). Les outils ne sont, en fait, qu’une extension de cette main, que ce soit un marteau (poing), une pince (deux doigts opposés), etc…
Ils sont des  créations  du génie humain.

ARISTOTE en a tiré une définition :  la MAIN est l’Instrument des Instruments

Nous sommes les héritiers des Compagnons Opératifs dont l’enseignement devait mener tout homme à intégrer dans la même le même acte la connaissance et la réalisation . Bien qu’essentiellement opératifs, ils étaient également spéculatifs : leurs mains ne faisaient que réaliser le projet conçu par leur esprit.

La main permet de matérialiser une pensée dans le concret. « C’est une Pensée en action »  comme l’écrit Irène Mainguy dans sa « Symbolique du 3éme millénaire »

Lors de l’Initiation déjà, l’importance de la Main apparaît clairement : le rappel permanent à l’art des constructeurs, aux outils et au compagnonnage est là pour la mettre en exergue.
Plus encore, les signes et attouchements nous permettent de nous reconnaitre, de se « sentir » entre nous.

Lors de ce passage au Grade de C\, nos S\ ont effectué le 5éme et dernier voyage  mains nues.
Un article paru en janvier 1988 dans « Le maillon » en explique le sens
«  Les mains nues signifient que le C\ s’est dépouillé de ses outils comme le candidat A\ s’est  dépouillé de ses métaux …»
« …. Se dépouiller de ses outils pour un C\ , c’est se libérer des supports qui ont permis l’acquisition du degré de connaissance qui devrait correspondre à ce grade, car cette  connaissance, si elle a été véritablement été acquise, serait alors intégrée à l’être, et pour « pouvoir accéder à un degré d’Ordre Supérieur, il conviendrait que cette connaissance du C\ « laisse la voie libre à nouveau et par là, qu’ »elle se débarrasse de tout ce qui, maintenant, est « devenu extérieur à l’être et qui gênerait pour ce prochain passage, même si ces outils ont été « nécessaires jusqu’alors … »

Les instructions du 2éme degré (version 1996 e .v.) en confirme le sens :
« … Si les 4 premiers voyages ont donné au C\ les moyens d’appréhender l’Univers, le 5éme et dernier a pour objet la mise en œuvre de ses moyens…
 Grâce au perfectionnement que ces voyages ont apporté à son entendement, les C\ est capable de déterminer la vie intérieure et de porter son savoir au monde. »
                       
Il n’est pas indifférent que ce 5eme voyage soit illustré par ule Cartouche «Gloire au Travail ». Il n’est bien sûr pas question là d’un travail dans le monde profane, mais bien d’un travail de perfectionnement et de connaissance de soi d’abord, du monde ensuite. Le but n’est pas égoïste et n’est pas une fin en soi. Il devrait  permettre de mettre nos savoirs et notre Sagesse au service du MONDE…

LE TOUCHER, l’un des cinq SENS est largement mis en œuvre par la main. Elle nous permet ainsi de mieux connaitre notre environnement (même sans vision) et de pouvoir pallier  tous dangers .La main est la partie la plus mobile du corps, elle touche, palpe et discerne un volume ou une matière. Le toucher implique la notion de proximité, de contact d’où vient l’« attouchement », demande du mot sacré et permet de reconnaitre un F\ ou une S\

Sur le Plan intérieur, le Toucher sera délicatesse, tact, raffinement et discernement.

Irène Maingy analyse ainsi cette qualité : « …La main est l’organe du toucher, du tactile qui ouvre la porte au toucher spirituel. La voie de la sagesse et de la connaissance passe par la maîtrise de la pensée et de l’action  c’est que l’on retrouve dans l’enseignement de Lao Tseu lorsqu’il dit : « Il faut créer sans posséder, travailler sans retenir, produire sans dominer »


Je pourrais poursuivre par l’analyse du NOMBRE CINQ, qui est suggéré par le nombre de doigts de la main, avec toutes les significations liés au garde de  C\, mais ce serait « de la gourmandise »  Il serait souhaitable, en fait, que ce sujet livré à la méditation  de nos S\ devenues C\
                       
EN CONCLUSION

La MAIN est  l’Outil primordial qui, mis au service de son cerveau, a permis à l’Homo Sapiens de se séparer du règne animal.

Il est devenu  Symbole universel, tant au niveau profane qu’initiatique, de l’homme, de sa volonté et ses actions sur son environnement, avec tout ce que cela peut avoir de conséquences bénéfiques ou malfaisantes.

Que cela n’empêche par les S\ & les F\ de se prêter la main pour s’entraider & de se la serrer pour se saluer.

J’ai dit V\ M\

C\ L\ 

6034-4 L'EDIFICE  -  contact@ledifice.net \