Obédience : NC Loge : NC Date : NC


La  Musique

C’est un vrai plaisir que de commencer la saison maçonnique par un sujet léger et chantant.

Bien éloigné du symbolisme rectifié !
Du moins je le croyais
Pourtant en faisant cette planche j’ai réalisé que le symbolisme est partout
« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut ce qui est en haut  est comme ce qui est en bas »
Alors dès la définition du mot note j’ai retrouvé le mot symbole

Intuitivement chacun d’entre nous a connu la force que peut dégager un morceau de musique ou une chanson.
Cela peut être une période de notre vie : une chanson douce que nous chantaient nos mamans, une chanson d’adolescence pleine de révolte, une chanson de boite de nuit des virés nocturnes, une chanson d’amour liée à une passion ou à une rupture, une chanson symbolisant l’insouciance, une chanson qui évoque un être cher perdu ou décédé.
C’est pour cela mes frères que j’ai commencé la tenue cette planche avec l’île aux enfants qui est une chanson qui me rappelle mes années d’enfance.
Les années d’insouciance, je voulais être cosmonaute ou ingénieur je ne suis ni l’un ni l’autre.

L’émotion des accords, des rythmes, des sons des instruments,
le timbre des voix
mais aussi la beauté, la poésie ou la vérité des textes lorsque cela concerne des chansons,
tout cet ensemble concourt à créer en nous un état particulier.

Ces éléments à mon sens font résonance en nous !

Tien ! résonance est un terme lié aux sons et aux vibrations !!!
Sommairement et d’après la définition on peut dire que le système réagit d'autant plus facilement, qu'on lui fournit de l'énergie à une fréquence proche de sa fréquence naturelle. J’y reviendrais

La Note :
En musique, une note  est un symbole permettant de représenter la hauteur et la durée relatives d'un son.
Notre recherche de vérité peut aussi passer par les symboles de la musique

« D : Qu’est-ce que la Franc-maçonnerie ?
R : C’est une école de Vertu et de Sagesse qui conduit au Temple de la Vérité, sous le voile des symboles, ceux qui l’aiment et qui la désirent »
 
Symbole solfégique :
Dans le solfège, la note de musique est littéralement « notée » sur une partition afin d'être lue par le musicien interprète.
Son symbole détermine en autre durée et  hauteur : la note représente par sa forme une durée (dimension horizontale du solfège), et sa position sur la portée représente une hauteur (dimension verticale).
 
En reproduisant ces qualités inhérents à la note je fais un parallèle avec les surveillants et leurs symbole : le niveau et la perpendiculaire

« D : Que signifie le niveau ?
R : Il est l’emblème de la régularité, le Frère Premier Surveillant en est décoré comme Inspecteur des Travaux que font les Frères dans le Temple qu’ils élèvent à la Vertu
D : Que signifie la perpendiculaire ?
R : Elle est l’emblème de la solidité des ouvrages maçonniques, elle est donnée au Frère Second Surveillant qui doit veiller à ce que tous les Frères observent fidèlement les lois et les préceptes de l’Ordre »

Après mon enfance j’ai fait des études à connotation scientifique.
J’étais fait pour les maths.
Le collège, le lycée les copains les copines ça allait mais dans l’institution école ça a été assez difficile d’accepter le moule, les contraintes et les règles.
C’est à cette époque d’adolescence que je me suis tourné vers la musique.
Le choix de ce que j’écoutai était aussi en résonance avec mon état d’esprit et réciproquement.
L’adolescence est une merveilleuse période mais elle est aussi  difficile. C’est celle des changements biologiques, psychologiques et sociaux. J’étai pétri de certitudes Je commencer mes phrases philosophiques par « en fait… »
J’étai à un agnostique forcené : nous n’avions pas les capacité à résonner sur certaines questions.

Je jouai au foot avec le F Rémi dans la cour du collège bazeille-Ravel. Et nous sommes là cote à cote à Cote 25 ans et 25 Kilos plus tard.

C’est l’époque de la rébellion, de la mise en cause des modèles.

Moi j’avais un sac US j’écoutai AC DC Téléphone Trust, et je me posai des questions sur le sens de la vie.
TRUST antisocial

Degré et échelles musicales
Dans la théorie de la musique, on parle de « degré ».
Celui-ci représente une hauteur relative appartenant à une échelle musicale donnée.
Nous aussi nous parlons de degrés en fonction de la hauteur relative à notre échelle initiatique.

Noms des notes

Pour la musique occidentale, il existe deux types de notations :
          La série constituée des syllabes do, ré, mi, fa, sol, la et si, promue par Gui d'Arezzo au XIe siècle, a été adoptée par les pays latins. Guido d'Arezzo a également apporté sa contribution à la traduction des mélodies au moyen de son invention nommée « hexacorde », ancêtre de la portée actuelle, où chaque note avait une position absolue et non plus relative comme dans les neumes.
Pour nommer les six degrés de son hexacorde, Guido d'Arezzo a utilisé les premières syllabes d'un chant religieux latin, l'Hymne à saint Jean-Baptiste, dont le texte est attribué à Paolo Diacono.

Ut queant laxis
Resonare fibris
Mira gestorum
Famuli tuorum,
Solve polluti
Labii reatum,
Sancte Ioannes.

La première syllabe de chaque vers correspond à une note de la gamme (qui monte du do au si). À l'époque, la notation de Guido d'Arezzo ne comportait que quatre lignes, et le si n'a été rajouté qu'à la fin du XVIe siècle par Anselme de Flandres. Enfin, pour faciliter la vocalisation, ut a été remplacé par do au cours du XVIIe siècle par Giovanni Battista Doni.

          La série constituée des lettres de l'alphabet A (la), B (si), C (do), D (ré), E (mi), F (fa) et G (sol), héritée de la Grèce antique, a été adoptée par les pays anglo-saxons et germaniques (ces derniers utilisent le H à la place du B).
Parmi les systèmes musicaux non occidentaux, certains ont adopté les nomenclatures ci-dessus, d'autres ont conservé des appellations spécifiques. Par exemple, la musique indienne utilise les svara. Les sept svara sont : Sa, Ri, Ga, Ma, Pa, Da, Ni.

Jeune homme, jeune adulte, J’ai été un grand amoureux des femmes ;
Vers 25 ans j’ai vécu une passion amoureuse et destructrice.
Un amour total et impossible  que j’ai cru possible !!
Quel romantisme !
En un coup la vie m’a rendu délirant, m’a fait payer mes infidélités et a détruit mes certitudes.
Guérit on d’une passion destructrice ? Oui mes frères heureusement
Adhuc stat
« D : Que venez-vous faire en Loge comme Apprenti ?
R : Je viens apprendre à vaincre mes passions, à surmonter mes préjugés, et à soumettre ma volonté pour faire de nouveaux progrès dans la Franc-maçonnerie »

Cette chanson qui me rappelle cette période  j’aime encore souvent l’écouter
Un homme heureux W SCHELLER

Fréquence

Tout son musical (ou note) possède une fréquence fondamentale correspondant à sa hauteur.
Dans la musique les notes sont au nombre de sept (sur le clavier d’un piano ce sont les  blanches)
Le chiffre sept est un symbole important en Franc maçonnerie et dans les sciences initiatiques.
Je ne citerai que les sept vertus
Dont nous avons promis et dont nous promettons à la fin de chaque tenue de donner l’exemple.
Certaines notes (5)
ont un écart d’1 ton avec la suivante ce qui nous permet de les scinder en demi ton (sur le clavier d’un piano ce sont les noires) notés dièses.
Si l’on rajoute les 5 dièses aux 7 notes  les cela nous donne 12.
12 est aussi un chiffre éminemment symbolique.

Harmonique

En musique :
Un harmonique est une composante à part entière d’un son musical.
Il s’agit d’une fréquence multiple de la fréquence fondamentale.
En physique pure :
Un harmonique est l’élément de décomposition primaire d’une fonction périodique exprimé dans la base de Hilbert.
En d’autres termes, un harmonique correspond à une fonction trigonométrique sinusoïdale (sinus ou cosinus) dont la fréquence est un multiple de la fréquence de la fonction périodique décomposée. La somme de tous les harmoniques d’une fonction périodique reconstitue la fonction.
Le son le plus simple acoustiquement parlant n’a qu’un harmonique, la fréquence fondamentale, les autres harmoniques ayant un module nul.
C’est donc une sinusoïde, dont la phase dépend de la répartition entre la partie réelle (cosinus) et imaginaire (sinus) de l’harmonique, autrement dit de son argument complexe.

PLUS tard en faculté j’ai eut une période très bringue, très sex-drug mais le rock and roll a été remplacé par le dance floor.
J’ai commencé mes activités associatives et syndicales au service des autres mais aussi de mon gros très gros ego de l’époque !!!
Bon le problème est que comme ça marchait bien j’ai vraiment cru être au dessus des autres.
J’ai bu des litres de whisky JB j’ai connu beaucoup de filles et je dansai sur
Feed from desire GALA

Caractéristique physique du son
Un son est une onde caractérisée physiquement par sa fréquence de vibration ; elle se mesure en Hertz (en nombre de vibrations par seconde). Par exemple, le  « La3 » (ou A3) possède une fréquence de 440 Hz. Plus la fréquence est élevée, plus le son est aigu.

À hauteurs (donc fréquences) identiques, les sons émis par deux instruments différents (par exemple un violon et une flûte) ne résonnent pas de la même manière. Chacun se caractérise par ce qu’on appelle son timbre qui permet de l’identifier, traduction du fait qu’aucun son naturel n’est réellement simple : il résulte de la combinaison d’un son principal, ou fondamental, qui fixe la fréquence perçue par l’oreille et d’un grand nombre de ses harmoniques dont les pondérations relatives déterminent, précisément, son timbre.  
 
Trois premiers modes de vibration d’une corde : fondamentale (haut) et deux premières harmoniques

En pratique, la note que l’on entend est tout simplement l’harmonique qui a la plus grande intensité et c’est souvent le plus grave.
Certains sons peuvent cependant tromper l’oreille, un harmonique aigu pouvant s’entendre plus que le fondamental et le cacher.
Les musiciens trouveront une correspondance entre les fréquences harmoniques d’une note et les notes qui s’accordent harmonieusement avec la fondamentale. On sait par exemple que pour la note Do, les notes constituant des intervalles naturels avec elle sont Mi (la tierce), Sol (la quinte), Si bémol (la septième), Do2 (l’octave), Ré (la neuvième).

Dans le Temple et dans ma vie je fais un parallèle avec cette notion de résonance.
La fréquence fondamentale est  le GADU, et sa représentation est le verbe, le logos, la vibration primordiale
Chacun d’entre nous a son propre timbre, ses propres sons et harmoniques

La maçonnerie et les rituels   nous aident à nous mettre en résonance avec le GADU et avec les autres F.
L’égrégore donc serait une sorte de mise en résonance.
La réintégration serait une tentative de retour à la fréquence fondamentale
en éliminant les surplus = rôle purificateur des vertus
en devenant un son simple = en pratiquant l’humilité 
en pratiquant l’abandon = en  abandonnant les métaux au sens large, et à terme la matière.
 
« Sonde les replis cachés de ton cœur, ton âme est la pierre brute que tu dois dégrossir, offre à la Divinité l’hommage de tes affections réglées et de tes passions vaincues. Veille et prie que tes moeurs soient pures et chastes, ton âme vraie, droite et humble. Crains les fruits amers de l’orgueil qui perdit l’homme, étudie les hiéroglyphes de notre Ordre : ils voilent des vérités grandes et satisfaisantes, et tu deviendras meilleur par cette méditation. » 

J’ai eu un grand plaisir à m’occuper de la colonne d’harmonie. Au début j’ai assez mal vécu d’être souvent au coin ; derrière les surveillants
Cette position est isolante car je ne peux pas discuter avec mes frères voisins immédiats.
La parole est souvent remplacée par la vue et les coups d’œil complices.
Donc le propre du frère qui s’occupe de la musique est  contraint plus souvent que les autres frères au silence.
J’ai demandé et obtenu la liberté complète sur la musique
Avec le recul plusieurs choix ont guidés mes préférences

Parfois ça a été en fonction de l’intervenant :
J’ai mis du Bach pour fayotter avec notre nouveau vénérable Bernard de l’époque : vous remarquerai que je n’en mets plus « sic transit gloria mundi »
Mais moi au moins je m’assoie encore à coté de lui aux agapes !!!!
Je mettrai sûrement beaucoup de Mozart ça plait beaucoup à Serge.

J’ai mis Rokia Traore musique africaine pour la planche de notre frère Jean Pierre sur les traditions africaines
J’ai intégré du rock  sur la planche de Rémi
J’ai mis du rap, des musiques modernes, j’ai mis des musiques traditionnelles irlandaises et écossaises, carla bruni, des chants bouddhiques, des musiques de relaxation et même la maison des poupées
de la musique corse sur la planche de Marc
J’ai mis « l’envie d’aimer » sur la planche de Jean
J’ai mis la tosca au Frère michel,
J’ai mis la norma au frère fabrice….
 
Enfin…
Je vous laisse avec le morceau que je souhaiterai avoir à mon enterrement ils vous rappellera la musique que je met souvent lors de  la chaîne d’union

J’ai essayé dans cette planche de retranscrite aussi un vécu de ma fonction,
et a travers des musiques de ma vie de vous faire partager mon intériorité pour que chacun puisse
comme à chaque nouvelle planche de chaque frère
Connaitre, apprécier critiquer découvrir l’intimité de ce frère

Finalement pour en être plus proche
Finalement pour vibrer un peu plus avec lui et avec la vibration fondamentale.

J’ai dit

J\P\ D\

6003-2 L'EDIFICE  -  contact@ledifice.net \